Anaïs blogtrotter dans le cantal #1 Au Pays de Salers


Notre séjour dans le Cantal a été rythmé par 4 grandes étapes, la première dans le Pays de Salers marqué par la découverte de l’un des plus beaux villages de France : Salers, la deuxième dans les environs de Tournemire, puis une troisième à deux pas de Drugeac et enfin une dernière au Château de Val.

Les moments forts de cette première étape :

  • Le village de Salers et son marché de potiers
  • La ferme des Ebraux
  • Une randonnée au Puy Mary depuis le Pas de Peyrol
  • Les burons de Salers
  • Une balade aux cascades du Biaguin

 

Le village de Salers

Le village médiéval de Salers a été classé parmi les plus beaux villages de France et compte une trentaine d’éléments classés ou inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

On peut y découvrir des maisons à tourelles, un beffroi, des remparts construit à l’époque moyenâgeuse. La majorité des constructions ont été réalisé à l’époque du Baillage des Hautes Montagnes d’Auvergne.

Il ne faudra surtout pas manquer la Maison dite du Bailliage et la Place Tyssandier d’Escous, la porte de la Martille, le Musée de Salers (Maison dite des Templiers), la Chapelle Lizet et l’esplanade de Barrouze.

Pour faire une petite pause dans l’un des restaurants de Salers, il faudra penser à réserver une table un peu à l’avance surtout en période estivale.

Nous avons pu déjeuner au restaurant Les Templiers situé rue du Couvent. On peut y manger les spécialités régionales comme de la truffade et de l’excellente viande Salers. Le rapport qualité/prix est correcte et les enfants ont leur menu.

A Salers, il sera facile d’acheter quelques spécialités régionales dans l’une des boutiques situées rue du Beffroi, rue Notre-Dame ou Avenue de Barrouze.

Le marché de potiers

Chaque année, à la mi-août, Salers organise un marché de potiers. L’esplanade de Barrouze, se transforme durant deux jours en un grand marché où une trentaine d’artisans, de créateurs et d’artistes proposent de la vaisselle, des pièces uniques, des sculptures, des objets décoratifs en grès, en porcelaine, en raku, en terre vernissée, en terres sigilées et en faïence.

Une sculpture collective et éphémère est proposée tous avec Luce Nebens.

Nos filles ont pu ainsi participer à la construction de cette œuvre collective géante grâce à une animation de modelage.

La ferme des Ebraux 

La famille Pesteil élève un troupeau de vaches laitières de race Montbéliarde. Le lait est transformé à la ferme puis affiné en cave à Salers.

Il est possible d’assister à la traite et à la transformation du lait en fromage. Nous avons également pu acheter du Cantal et du Salers AOP sur place.

Famille Pesteil
Les Ebraux
15380 Anglards de Salers
04.71.69.14.99

Randonnée au Puy Mary

Après avoir gravi sans trop de soucis le Puy de Dôme, au printemps dernier, nous avions envie de randonner sur un autre puy de la région. Avec ses 1783 mètres et sa vue imprenable sur le massif du Sancy, le Puy Mary m’a semblé être idéal. J’aurai du me renseigner davantage afin de choisir un chemin plus « naturel » !

Nous avons débuté notre balade à la Maison du Puy Mary située au Pas de Peyrol. Ce sentier a malheureusement été entièrement recouvert de béton, le plus souvent constitué de marche d’escaliers. Des demi-marches ont été mises en place pour faciliter la montée des moins sportifs mais c’est plus pénible pour les marcheurs qui ne peuvent pas monter à leur rythme. Bref cette construction défigure le haut de la montagne et impose au marcheur un rythme différent du leur ce qui s’avère être plus pénible qu’autre chose. Cette ascension est aussi très fréquentée.
Heureusement le panorama qui se dévoile au fur et à mesure de la montée est superbe.

L’ascension se fait en une trentaine de minutes pour de bons marcheurs. Il faudra compter une bonne heure avec des enfants.

Au sommet, une table d’orientation offre des informations sur cette vue à 360°. Le sommet n’est pas très grand, les marcheurs ne restent donc en général pas très longtemps.

Nous avons choisi de nous écarter du sommet pour pique-niquer sur les rochers et profiter de la jolie vue un peu plus longtemps.

Le parking au Pas de Peyrol est très fréquenté par les voitures, mais aussi les camping-cars et même les cars de tourisme. Il est plus simple de continuer son chemin et de se garer légèrement en contrebas du Pas de Peyrol. C’est d’ailleurs ici que l’on trouve un autre chemin pour monter.

Nous aurions dû prendre ce sentier dont le départ est au bord de la D680. Il est situé en contre bas du Pas de Peyrol. Celui-ci est plus agréable à suivre car il serpente entre les plants de myrtilles. Il permet de rejoindre la crête. L’accès au sommet est plus raide et s’effectue par un sentier escarpé passant entre des rochers.

Pour profiter au mieux du site il est conseillé d’y arriver de bonne heure le matin. La visibilité est meilleure et la fréquentation un peu moins dense que le reste de la journée surtout en été.

Les burons de Salers

Les burons de Salers avaient été construits sur les prairies d’altitude, les « Estives », pour assurer la fabrication du fromage Salers en été.

Ils ont été reconstruits et puis transformés en musées. Aujourd’hui, on peut visiter La Maison du Fromage et de la Vache Salers. La visite comprend la projection de vidéo, une dégustation et la vente de fromage.

La Maison de la Gentiane SALER a été installé dans un second buron. Ce deuxième musée retrace la récolte et la transformation de la grande Gentiane ainsi que l’histoire de la famille Labounoux qui a été la première à créer l’apéritif à base de Gentiane en 1885.

De mai à septembre, on peut y manger le repas du buronnier à base de Truffade dans un cadre exceptionnel avec vue sur les Monts du Cantal.

Les Burons de Salers
Route du Puy-Mary
04.71.40.70.71 ou 05.55.28.21.75

Les Cascades du Biaguin

Nous n’avons pas pu trouver toutes les cascades qui forment cet ensemble distant de quelques kilomètres.

Nous nous sommes contentées de celle qui est signalée depuis la route et est facilement accessible.

Après un pique-nique au abord de la cascade, nous nous sommes aussi baladées dans le sous bois et sur le sentier de découverte du Falgoux.

L’aspérule odorante

Le Fougounnier, arbre 2 fois centenaire de 34 mètres de haut.

 

Je vous donne maintenant rendez-vous dans quelques jours pour la suite de notre voyage en Auvergne.
Stay tuned!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Une réflexion sur “Anaïs blogtrotter dans le cantal #1 Au Pays de Salers

Laissez un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s